Indications relatives au respect des seuils maximum de pression acoustique en dBA et en dBC

Les dispositions réglementaires concernant la protection du public ont évolué entre le texte de 1998 et le texte applicable à ce jour. Le seuil en dBA a été abaissé de 105 à 102 dBA. En complément, un seuil de 118 dBC a été introduit afin de mieux prendre en compte l’impact des basses fréquences à fort niveau.

Le seuil de 118 dBC est assez impactant pour la diffusion à très fort niveau. Notamment lors de concerts en lieux clos ou en plein air, lorsque les enceintes ne peuvent être éloignées du public.

EINS et protection de la santé du public

Contrairement à ce que prévoyait la réglementation de 1998, on constate que le décret de 2017 n’impose pas d’inclure dans l’EINS une analyse des critères liés à la santé publique. Néanmoins, pour une application effective de ce dispositif réglementaire, il semble nécessaire que les niveaux sonores auxquels le public est exposé soient étudiés en même temps que la réalisation de l’EINS. Cette étude fait ainsi partie d’un second volet pouvant être joint à l’EINS.

Principe de détermination du niveau sonore maximum en tout point accessible au public

Pour que les seuils d’exposition soient à la fois respectés en tout point et accessible au public, il est nécessaire de définir des niveaux sonores de fonctionnement.

Pour mesurer ces seuils, les dispositions de l’article 1er de l’arrêté du 15 décembre 1998, s’appliquent pour la mise en œuvre de la nouvelle réglementation, et ce quel que soit le lieu concerné.

L’arrêté du 15 décembre 1998 précise notamment la méthode de mesure :

« Extrait article 1 : La durée de chaque mesure devra être comprise entre dix et quinze minutes.

Le point de mesurage est situé dans une zone accessible au public à une hauteur comprise entre 1,50 m et 1,80 m du sol, à une distance minimale de 1 m des parois et autres grandes surfaces réfléchissantes et à une distance minimale de 0,5 m de toute source sonore.

Les mesures sont effectuées dans les conditions de fonctionnement normal de l'établissement ou de l'installation, aux heures d'ouverture au public et avec, le cas échéant, le limiteur de pression acoustique en fonctionnement. »

 

Cas dits simples et cas dits complexes :

L’expérience a montré qu’il est difficile de traiter avec la même méthodologie l’ensemble des différents cas qui peuvent être rencontrés.

Il convient donc, à chaque étude, de s’assurer de choisir la méthodologie la mieux adaptée en vue de la maîtrise des niveaux sonores dans le cadre de la protection du public.

On peut différencier deux grandes familles : celle des cas simples et celle des cas complexes.

Les cas complexes sont potentiellement les sites avec de « gros » systèmes de diffusion, notamment pour les concerts avec un public réparti sur des surfaces importantes, des systèmes de diffusion directif… Il s’agit de lieux avec des enjeux important de diffusion, de maîtrise de la répartition et de la qualité sonore. Ces espaces nécessitent ainsi une analyse plus fine liée au risque de dépassement des seuils définis par le texte, tant en dBA qu’en dBC, ce dernier critère étant particulièrement complexe à gérer…

Dans ce cas, les méthodes à employer requièrent une expertise tant au niveau de la diffusion que de la métrologie de contrôle.

Les cas simples seraient plutôt des lieux dits classiques, avec une sonorisation fixe ou mobile, dont les risques de dépassement seraient plus limités et localisés. On peut imaginer que les bars sonorisés, discothèques et autres établissements diffusent globalement à des niveaux inférieurs aux seuils maximum d’exposition prévus par la réglementation.

Dans ce cas, dans le prolongement de l’arrêté de 1998 et du guide de 2000, on peut envisager une méthodologie simple. Celle-ci permettra de limiter le risque de dépassement des seuils.

Les cas « simples »

Base de réalisation

Le « Guide méthodologique pour la réalisation de l’étude de l’impact des nuisances sonores » (Lieux diffusant de la musique amplifiée, Application du décret 98-1143, ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement / GIAc, 2000) précise des éléments méthodologiques de mesurage (annexe 2, partie C).

Son utilisation nécessite de s’adapter aux nouveaux seuils en vigueur, mais certains principes de réalisation restent pertinents, notamment :

« En pratique, le respect de ces conditions s’associera à la recherche du point le plus bruyant accessible au public.

De fortes variations des niveaux de pression acoustique peuvent être observées lorsque l'on est amené à positionner le point de mesurage à moins d'un mètre des haut-parleurs. Ce phénomène dû à la directivité et aux interférences est accru lorsque l'on veut étudier un signal sonore fluctuant tel que la musique.

Dans ce cas, il est recommandé d’effectuer la mesure à 1 m de la source afin de lisser cet effet et d'ajouter 6 dB au résultat pour obtenir le niveau à 50 cm ».

 

Fonction de transfert

Pour des raisons évidentes de sécurité, le microphone de l’afficheur ne peut être installé au cœur de la zone réservée au public. Il est communément installé à l’emplacement du contrôle de la sonorisation (console titre). Pour corriger l’incidence de ce positionnement du microphone à la console titre, on applique un offset (ou fonction de transfert) calculé par comparaison entre le niveau maximum en tout point accessible au public et le niveau à la console titre.

Dans la plupart des cas, le point maximum d’exposition en dBC ne coïncide pas avec le point maximum d’exposition en dBA. La répartition et la nature des haut-parleurs, la géométrie du lieu, influent sur la répartition des niveaux dans l’espace. Par exemple, le niveau maximum en dBC se situe généralement à proximité des caissons de basses, alors que le niveau maximum en dBA peut se trouver dans une zone différente.

Le niveau maximum défini pour la maîtrise de la diffusion devra alors permettre de respecter ces deux critères potentiellement à deux endroits différents.

Il y a donc deux fonctions de transfert à déterminer : l’une pour la mesure en dBA, l’autre pour la mesure en dBC.

Il s’agit de corriger le niveau limite au(x) microphone(s) fixe(s) de l’établissement en fonction des niveaux limites définis aux endroits retenus comme étant les plus sensibles pour la protection du public.

 

Analyse en fréquence

Avec le précédent texte réglementaire de 1998, la détermination de la fonction de transfert se faisait généralement en niveau global. De même, quand un limiteur était prévu par l’EINS, le réglage du limiteur pouvait se faire sur ce critère en niveau global.

Avec les dispositions actuelles, il convient de réaliser l’analyse en fréquence afin de ne pas pénaliser la diffusion. Il s’agit donc de combiner les niveaux limites par bandes de fréquences pour chaque point. Ainsi, les niveaux émis restent, après recombinaison fréquentielle, dans les valeurs limites pondérées A et C aux points exposés.

La justification de l’analyse et des résultats obtenus devra être explicitée pour justifier des dispositions retenues.

Les cas « complexes »

Cette dénomination concerne essentiellement les activités qui nécessitent des niveaux de diffusion importants. Ils risquent d’exposer un nombre sensible de spectateurs à de forts niveaux sonores. On peut notamment citer les concerts live et autres spectacles se déroulant en lieux clos comme en plein air.

Ces cas sont rendus complexes car l’esthétique musicale est basée sur la puissance et la qualité de la diffusion, ainsi que sur répartition spatiale de la diffusion.

Généralement ces diffusions sont pilotées à partir d’une console et d’un système complexe de réglage.

Les pratiques jusque-là issues de l’application du décret et de l’arrêté de 1998, se résument à la mesure d’un niveau global en dBA tout au long du spectacle. Ces mesures peuvent-être ponctuellement faites avec du matériel de mesure plus ou moins en adéquation avec le niveau de précision recherché.

Il n’y a pas d’enregistrement obligatoire sur ce critère. De plus, il existe peu de possibilité de contrôle en direct ou a posteriori du respect des critères en tous points. Notamment au niveau des personnes les plus exposées.

Le souhait du législateur au niveau de la santé publique est de mieux prévenir les risques d’exposition.

Afin de mieux maîtriser les basses fréquences potentiellement très puissantes dans ce type de manifestations, un seuil de niveau sonore maximum en tout point accessible au public en dBC a été introduit. Outre la complexité métrologique introduite par ce critère en dBC au niveau du contrôle et du protocole de mesure, le seuil fixé à 118 dBC induit un impact important sur les capacités de diffusion de ces événements. Cette problématique existe et est connue de l’ensemble des intervenants dans le milieu.

Il n’est pas envisagé ici de réaliser le même protocole de mesure que pour les cas simples. Deux raisons à cela : il est impossible de fiabiliser des mesures en dBC à proximité des caissons de basse ; dans ces lieux accueillant de grandes scènes, on compte une multitude d’endroits accessibles au public pouvant occasionner des expositions à des niveaux sonores excessifs. De surcroît, la variabilité des caractéristiques de la diffusion (par des réglages du système et de la diffusion) limite encore la possibilité d’une méthode simple.

 

Mesure temporelle et spatialisée

La mesure en dBA représentative du « tout point accessible au public », comporte beaucoup d’incertitudes. Celles-ci sont dues au positionnement du micro de mesure. L’introduction de la mesure en dBC, quant à elle, engendre encore plus d’incertitudes si la mesure est réalisée en un seul point. Pour rappel, les musiques actuelles se composent d’environ 15 dB de plus dans les basses fréquences que dans les médiums. Les niveaux sonores en dBC sont alors constitués à 90% de basses fréquences, lesquelles connaissent de fortes variations spatiales (creux et bosses) : entre deux points distants de 1 mètre seulement, on mesure couramment des écarts de l’ordre de 10 dBC. Pour diminuer les incertitudes de mesure et les rendre physiquement cohérentes, sans être obligé d’utiliser plusieurs microphones placés dans le public, il convient d’effectuer une mesure temporelle en se déplaçant dans l’espace sonorisé, puis de réaliser une moyenne Leq glissant. Cette mesure est, réalisable avec un sonomètre standard.

Pour exemple, le Conseil national du bruit et l’association Agi-Son ont proposé en 2018 un protocole en U. L’objectif de ce protocole est de mesurer le niveau sonore moyen maximum en tout point accessible au public, en utilisant une mesure spatiale et temporelle dans l’espace sonorisé, sans être obligé d’utiliser plusieurs microphones placés dans le public.

 

Compétences

La protection du public est un enjeu fort de santé publique. Les acteurs doivent se responsabiliser pour cette prise en compte.

D’un point de vue technique, il est évident que les intervenants dans ces cas complexes, qu’ils soient gérants de salle, producteurs, sonorisateurs, ingénieurs du son, acousticiens, prestataires de réglage ou d’étude doivent avoir un niveau de compétence suffisant pour comprendre l’ensemble des tenants et aboutissants du sujet.

D’un point de vue technique, les réglages des systèmes en amont et lors de la diffusion finale, la mise en place des équipements d’enregistrement et d’affichage, la réalisation des mesures destinées à définir les niveaux limites à intégrer dans les réglages et les systèmes de surveillance, nécessitent des compétences diverses qui ne sont pas à ce jour généralisées. Il faut que les intervenants s’habituent à travailler ensemble. Ces changements nécessitent la mise en place d’une pratique de collaboration et le développement d’une offre de formation spécifique.